Avec quelques morceaux de bois, un peu de sable, de la poussière de couleur, de la vapeur et beaucoup de talent, Charles Hiéronimus nous emmène dans des « terres» inconnues, surréalistes, oniriques, dans ses «Univers inexplorés». Cela donne des photos exceptionnelles.

«Lorsque je déclenche, c'est l'aboutissement de mon travail, il y a énormément de mise en scène en amont», 

 

L'artiste utilise des matériaux des plus communs : des morceaux de bois, du sable, de la poussière colorée, ou encore de la vapeur d'eau. Utilisée en studio, cette base va lui permettre en exploitant au maximum les possibilités qu'offre la lumière, de créer un nouvel univers rien qu'à lui, et qu'il permet ensuite aux spectateurs d'explorer. Il utilise par mal de ressorts de la photo, en faisant varier les temps de pose, l'exposition, les angles, les cadrages, la macrophotographie… Mais il s'interdit les retouches d'après tirage. Simplement, il va utiliser un excellent papier et des cadres somptueux pour présenter ses oeuvres, souvent époustouflantes! HORS DU TEMPS La préparation avant de déclencher est donc extrêmement importante. Il s'agit, par exemple, de faire voler les poussières colorées au bon moment et avec la bonne lumière. Et d'envoyer la vapeur d'eau quand il faut. .. Mais en regardant les oeuvres de Charles Hiéronimus, on oublie très vite toutes ces techniques de photographe pour plonger et se laisser aller dans « un écosystème hors du temps, rigoueusement orchestré et équilibré». Impressionnant...